Bypass Repeated Content

Première résidence baroque du Rhin Supérieur

Château résidentiel de Rastatt

Vue intérieure de l’église du château de Rastatt ; crédit photo : Landesamt für Denkmalpflege Baden-Württemberg, Bernd Hausner
Une beauté fragile

L’église du château consacrée à la

Sainte Croix

L’église du château de Rastatt est un témoin exceptionnel de la piété et du goût de sa fondatrice, la margrave Sibylla Augusta von Baden-Baden. Des restaurateurs chevronnés furent à l’œuvre pour sécuriser cet édifice conservé à l’état original et très sensible.

Vue détaillée : Volutes de nuages en couronne blanc-doré surplombant le maître-autel, église du château de Rastatt; crédit photo : Landesamt für Denkmalpflege Baden-Württemberg, Bernd Hausner

Volutes de nuages en stucs au-dessus du maître-autel.

Rome, la Ville éternelle, comme source d’inspiration

Sibylla Augusta voulait une église « Magnifiquement belle et en aucun cas moins bien que les salles du château ». Elle servait d’église de la cour, de lieu de pèlerinage et de tombeau de la margrave. Michael Ludwig Rohrer, l’architecte de la cour, en a dirigé la construction entre 1720 et 1723. Sibylla Augusta rapporta nombre de suggestions et de reliques pour son église d’un voyage à Rome en 1719. La même année, elle commença la construction du Saint Escalier situé entre le château et l’église ultérieure. 

Vue du Saint Escalier entre le château résidentiel de Rastatt et l’église du château ; crédit photo : Staatliche Schlösser und Gärten Baden-Württemberg, Arnim Weischer

Le Saint Escalier vers l’église du château.

Le Saint Escalier

Le Saint Escalier est une copie de la Scala Sancta installée au Latran à Rome. Pour les croyants, cet escalier est considéré comme étant celui du palais de Ponce Pilate, et Jésus y aurait perdu trois gouttes de sang. À Rastatt, les reliques de la Passion du Christ étaient vénérées sur le Saint escalier et dans la chapelle adjacente de la Passion du Christ. Il n’était permis de gravir l’escalier menant à la chapelle que sur les genoux. Les pèlerins recevait une indulgence pour avoir effectué leur pèlerinage jusqu’ici.

Vue détaillée : Antependium en panneaux de pietra dura, église du château de Rastatt ; crédit photo : Staatliche Schlösser und Gärten Baden-Württemberg, Arnim Weischer

L’antependium en panneaux de pietra dura.

La chapelle de la Passion du Christ

Le sanctuaire, la chapelle de la Passion du Christ, abritait autrefois de nombreuses reliques. Une centaine d’os étaient accrochés aux murs, d’autres reposaient dans des récipients richement décorés en argent, en or et en pierres précieuses. Les métaux précieux ont ensuite été fondus et les pierres utilisées à d’autres fins. Un devant d’autel, appelé « antependium » a été conservé. Tout comme la chambre florentine du château de la Favorite, il est orné de paillettes d’agate et de jaspe, ainsi que des minéraux travaillés selon la technique dite de la pietra dura. Ces panneaux ont été conçus selon la technique de la taille de pierre, un art florentin.

L’intérieur de l’église du château

L’intérieur présente de nombreuses curiosités : une niche tenant lieu de Saint-Sépulcre, l’un des lieux saints de Jésus, des colonnes en albâtre sur le maître-autel, pouvant être éclairées de l’intérieur, et des textiles brodés d’origine sur les pilastres et les autels. La peinture du plafond représente la découverte de la Sainte Croix. Sibylla Augusta peut y être identifiée dans le rôle de l’impératrice Hélène. En 1733, la margrave décédée fut enterrée dans l’église à sa demande. L’inscription « Bettet für die Grose Sünderin Augusta » (« Priez pour la Grande Pécheresse Augusta ») est apposée à la dalle de sa tombe.

Château résidentiel de Rastatt, plafond peint de l’église du château, détail : Invention de la Croix par l’impératrice Hélène en 326 ; crédit photo : Staatliche Schlösser und Gärten Baden-Württemberg, auteur inconnu
Portrait de la margrave Sibylla Augusta von Baden ; crédit photo : Staatliche Schlösser und Gärten Baden-Württemberg, Andrea Rachele

La comparaison ne laisse aucun doute : Sainte Hélène représentée sur le plafond peint de l’église du château présente de grandes similitudes avec la margrave Sibylla Augusta.

En savoir plus

Personnalités
Monuments et fonctions
Œuvres d'art et pièces

Veuillez sélectionner un maximum de 5 mots-clés.