Première résidence baroque du Rhin Supérieur

Château résidentiel de Rastatt

Detailansicht: Lackmalerei, 18. Jahrhundert, Residenzschloss Rastatt; Foto: Staatliche Schlösser und Gärten Baden-Württemberg, Arnim Weischer
Témoin de la mode chinoise

Le Cabinet laqué

Entre des murs noirs brillants et de la peinture dorée aux motifs chinois joyeux – une pièce très particulière de l’époque baroque a été préservée à l’étage supérieur de l’aile latérale sud. Le Cabinet laqué témoigne de l’enthousiasme suscité par tout ce qui touchait à l’Asie auprès des contemporains.

Coffret en laque du Japon, ouvragé en laque sur le couvercle et avec une bordure filigrane en argent européen ; crédit photo : Staatliche Schlösser und Gärten Baden-Württemberg, Adi Bachinger

Un coffret en laque du Japon parfaitement conservé.

Ouvrages en laque d’Asie et d’Europe

Tout comme la porcelaine, les ouvrages en laque témoignent de l’engouement au XVIIIe siècle pour l’artisanat d’art asiatique, importé d’Asie ou imité en Europe. Le décor laqué, souvent appelé « indien », était apprécié pour son caractère exotique et précieux. La symbolique des motifs a été largement laissée de côté. Deux originaux japonais ont été préservés au château de Rastatt : un coffret et un cabinet. 

Plastique de rhinocéros modelé, Cabinet laqué, château résidentiel de Rastatt ; crédit photo : Staatliche Schlösser und Gärten Baden-Württemberg, Andrea Rachele

Un rhinocéros exotique au Cabinet laqué.

Le Cabinet laqué de Rastatt

Les murs noirs sont habités de personnages et animaux dorés devant un décor de plantes et de paysages exotiques. À certains endroits, des motifs rouges et noirs ressortent de par leur effet plastique. La peinture à la laque a été réalisée par l’artiste bohémien Johann Adalbert Cratochwill. Il avait déjà réalisé un cabinet similaire dans le château de Schlackenwerth, berceau de la margrave Sibylla Augusta. Son œuvre à la cour impériale de Vienne est également restée dans les annales. Certaines parties ont probablement été réalisées par un deuxième artiste.

Licorne brune et oiseau, pilastre angulaire peint du Cabinet laqué, château résidentiel de Rastatt ; crédit photo : Staatliche Schlösser und Gärten Baden-Württemberg, Andrea Rachele

Licorne et oiseau sous un dais.

Les motifs

Si les peintures ont été réalisées d’après le modèle de gravures sur cuivre et de carnets de voyage du XVIIe siècle, de telles représentations n’en demeuraient pas moins très fantaisistes. Les peintures murales blanches forment un contraste remarquable avec les panneaux noirs. Elles sont décorées de grotesques colorés – une décoration aux motifs imaginatifs empruntés à l’Antiquité. Les différents pans contenant des personnages ou des animaux sont encadrés par des guirlandes symétriques. Une merveilleuse beauté : la licorne sous un dais. 

Le destin du cabinet

Le voyageur Johann Friedrich Uffenbach avait déjà observé les panneaux laqués dans le château en 1712, mais ils n’étaient pas encore installés à cette époque. Sibylla Augusta a probablement achevé le cabinet à l’issue de la guerre de Succession d’Espagne en 1714. Lorsque l’aile latérale a été transformée en appartements, il a été enlevé dans la seconde moitié du XIXe siècle. Ce n’est qu’une centaine d’années plus tard, lors de la restauration du château, que les panneaux ont été retrouvés au château de Schwetzingen et au musée régional de Bade, puis réinstallés.

Deckenansicht, Lackkabinett, Residenzschloss Rastatt; Foto: Staatliche Schlösser und Gärten Baden-Württemberg, Andrea Rachele

Le plafond du Cabinet laqué impressionne le visiteur par ses couleurs vives.

En savoir plus

Œuvres d'art et pièces
Époques et événements

Veuillez sélectionner un maximum de 5 mots-clés.